Nymphoplastie (labioplastie) - Paris - Docteur DJIAN
Dr Jérémy Djian, 67 av. Victor Hugo, 75016
Intervention

LA NYMPHOPLASTIE OU RÉDUCTION DES PETITES LÈVRES À PARIS

La nymphoplastie consiste à réduire la taille des petites lèvres du sexe féminin. Elle intervient lorsqu'une hypertrophie des petites lèvres, liée à un excédent de peau ou de muqueuse, est constatée.

À QUI SE DESTINE LA NYMPHOPLASTIE ?

La nymphoplastie, labioplastie ou chirurgie intime de la femme, est une intervention de chirurgie esthétique.

Cette intervention chirurgicale est pratiquée sur les femmes présentant une hypertrophie des petites lèvres vaginales. L’hypertrophie des grandes lèvres peut être :

  • Primitive (congénitale) : femme jeune.
  • Secondaire, due au vieillissement : patiente plus âgée.

Ce phénomène a plusieurs origines :

  • Pour certaines femmes, les petites lèvres dépassent de la vulve depuis leur naissance. C’est l’hypertrophie congénitale ;
  • Pour d’autres femmes, les petites lèvres se sont développées pendant l’adolescence ;
  • Et pour d’autres,  le développement important des petites lèvres fait suite à plusieurs accouchements.

Cette hypertrophie des lèvres vaginales peut constituer une gêne esthétique, physique (pour certains sports comme l’équitation ou le vélo) ou vestimentaire (pantalons serrés, strings…).

Elle résulte d’un excès de peau ou de muqueuse au niveau des petites lèvres vaginales. La nymphoplastie permet de supprimer cet excès.

 

LA RÉDUCTION DES LÈVRES OU LABIOPLASTIE

La technique chirurgicale consiste à réduire le volume des lèvres.

L’intervention est réalisée en chirurgie ambulatoire (sortie le jour même de la clinique), sous anesthésie générale, pour un meilleur confort. Il est toutefois possible de l’effectuer sous anesthésie locale dans certains cas.

Il existe classiquement deux techniques de nymphoplastie permettant la réduction des petites lèvres :

  • Incision longitudinale des lèvres : la cicatrice est sur le bord libre, de fait, elle est peu en contact avec les vêtements et donc moins exposée aux frottements. Les risques d’infections sont moindres et la cicatrisation est plus rapide ;
  • Incision triangulaire des lèvres : la cicatrice est placée à l’intérieur. Elle présente un risque augmenté de désunion, est moins esthétique et la suture est généralement plus fragile.

La nymphoplastie a pour objectif de réduire la taille des petites lèvres, tout en conservant leur forme originelle.

L’intervention dure entre 30 et 45 minutes.

 

Il n’y a pas de soins infirmiers après une telle chirurgie. Toutefois, une hygiène intime irréprochable est nécessaire pour une bonne cicatrisation. La toilette intime devra être réalisée quotidiennement au moyen d’un savon PH neutre, de type savon intime.

Les rapports sexuels et le port de tampon sont à proscrire jusqu’à la cicatrisation complète, c’est à dire après 1 mois minimum. À la suite de ce premier mois, il est tout de même possible pour la patiente d’avoir des douleurs lors des rapports sexuels. Si c’est le cas, il est conseillé d’attendre jusqu’à la disparition des douleurs. Si celles-ci persistent au-delà de plusieurs mois, vous devrez consulter votre chirurgien esthétique.

Les fils résorbables s’éliminent tout seuls, en quelques semaines.

À la suite de l’opération, le port de vêtements amples est recommandé. Il sera préférable d’éviter les collants, ainsi que les sous-vêtements et pantalons trop serrés.

 

VOS INTERROGATIONS
QUESTIONS FREQUENTES EN CONSULTATION

QUELS SONT LES RISQUES ?

Le risque principal de la nymphoplastie est la désunion cicatricielle, c’est-à-dire une ouverture sur une portion de la cicatrice.

Cela dépend notamment de la technique chirurgicale utilisée.

Dans tous les cas, la cicatrisation est acquise, mais si une désunion cicatricielle est constatée, la cicatrisation prend un peu plus de temps.

Il est primordial de respecter les consignes post-opératoires données par le médecin pour éviter ce type de complication.

 

LA NYMPHOPLASTIE EST-ELLE PRISE EN CHARGE ? QUEL EST LE PRIX DE L'OPÉRATION ?

La nymphoplastie est un acte de chirurgie esthétique qui peut être pris en charge par la Sécurité Sociale s’il existe :

  • un retentissement psychologique ;
  • une gêne dans les activités quotidiennes (habillage, sport, …).

La Sécurité Sociale effectue la prise en charge des frais de structure, à savoir les frais de séjour à la clinique et de bloc opératoire.

Il reste à la charge de la patiente les honoraires du chirurgien, en partie couverts par la mutuelle.

 

QUE FAIRE APRÈS L'INTERVENTION ?

Pour faire passer les sensations de brûlure, le chirurgien prescrit du paracétamol. Ces sensations peuvent se faire ressentir pendant plus ou moins 3 jours.

La patiente devra suivre attentivement les instructions données pour sa toilette intime et passer une pommade cicatrisante.

Pour un confort optimal, il est recommander de porter une jupe plutôt qu’un pantalon pendant les 15 jours qui suivent l’intervention, afin d’éviter tout frottement douloureux.

 

L’arrêt total du sport est demandé pendant 1 mois après l’intervention.

Il est recommandé de ne pas avoir d’activité physique intense 1 à 2 semaines après l’opération.

Pendant 1 mois minimum, la patiente ne peut pas porter de tampon, ni avoir de rapports sexuels.

ALLER PLUS LOIN
CES RUBRIQUES PEUVENT
VOUS INTÉRESSER
VOS INTERROGATIONS
POSEZ VOS QUESTIONS
AU DR. DJIAN
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.