Chirurgien plasticien pratiquant la technique DIEP: Dr Jérémy DJIAN
Dr Jérémy Djian, 67 av. Victor Hugo, 75016
Intervention

RECONSTRUCTION MAMMAIRE PAR DIEP À PARIS

La reconstruction par DIEP est une technique de chirurgie réparatrice. Elle permet de restituer un volume mammaire par ses propres tissus (sans prothèse).
Le lambeau, tissu vivant servant à la reconstruction, est prélevé au niveau du ventre.

À QUI EST RECOMMANDÉE LA RECONSTRUCTION PAR DIEP ?

La reconstruction mammaire par DIEP est une technique de chirurgie plastique. Elle est à privilégier lorsque la patiente présente un léger excès cutané et graisseux sous le nombril.

Ce léger excès de peau et de graisse (couramment appelé « bourrelet »), peut être utilisé pour reconstruire le sein en totalité.

Cette technique n’utilise pas de prothèse mammaire.

 

Le DIEP s’adresse à plusieurs types de patientes :

  • Reconstruction mammaire secondaire : patiente ayant subi une ablation complète du sein (mastectomie totale). Le sein est reconstruit à distance dans son intégralité.
  • Reconstruction mammaire immédiate : reconstruction en même temps que la chirurgie du cancer du sein. On conserve l’étui cutané du sein.
  • Reconstruction mammaire prophylactique : patiente ayant une mutation génétique (BRCA1 BRCA2).

 

LA TECHNIQUE CHIRURGICALE

Reconstruction par DIEP

La reconstruction par DIEP est possible lorsque la patiente présente un petit bourrelet ou un tablier abdominal. Le chirurgien prélève ce dernier pour reconstruire le sein.

Il s’agit d’une chirurgie combinée. Le chirurgien pratique une plastie abdominale (lifting du ventre) et reconstruit le sein.

L’intervention, pratiquée sous anesthésie générale, dure entre 4 et 5 heures.

En cas de difficulté au cours de l’intervention (qualité des vaisseaux, radiothérapie antérieure), la chirurgie peut-être plus longue.

 

Le chirurgien commence par prélever le lambeau abdominal qui servira à reconstruire le sein.

Ensuite, il prépare les vaisseaux receveur au niveau du thorax sur lesquels sera branché le lambeau, qui reste un tissu vivant.

Le chirurgien plasticien connecte des petits vaisseaux (artère et veine) au niveau du sein, comme une greffe.

Enfin, le lambeau est « modelé » pour lui donner la forme d’un sein et le ventre est fermé (lifting du ventre).

 

Après la chirurgie DIEP

Au décours de l’intervention, le lambeau (DIEP) au niveau du sein est surveillé régulièrement par une équipe d’infirmières spécialisées dans le suivi post-opératoire des lambeaux.

Un examen Doppler régulier permet de s’assurer que le lambeau va bien. Cet examen permet de s’assurer de la perméabilité de l’artère (connexion microchirurgicale).

Une sonde de surveillance de la pression tissulaire en oxygène (Sonde Licox) est également mise en place dans les centres spécialisés (comme à l’Hôpital Européen George Pompidou où pratique le Dr Djian).

Il faut compter un séjour hospitalier d’environ 5 à 6 jours et une convalescence à la maison d’environ 3 semaines.

Un rendez-vous avec le chirurgien plasticien est prévu deux semaines après l’opération.

 

La symétrisation mammaire

À partir de 3 mois après le DIEP, une seconde intervention de symétrisation mammaire finalise la reconstruction.

Cette chirurgie permet de rétablir la symétrie entre les deux seins.

Les gestes de symétrisation les plus courants sont :

  • Remonter et/ou réduire le sein controlatéral ;
  • Greffe de graisse (lipofilling) du sein reconstruit pour augmenter son volume ;
  • Retouche d’une cicatrice ;
  • Création du mamelon et de l’aréole.

L’aréole (partie pigmentée) peut être reconstruite soit par greffe de peau, soit par tatouage (voir tatouage 3D).

 

VIDÉOS EXPLICATIVES de la technique sur l’Instagram du Dr Jérémy DJIAN.

 

VOS INTERROGATIONS
QUESTIONS FREQUENTES EN CONSULTATION

QU'EST-CE QUE LA SYMÉTRISATION OU DEUXIÈME TEMPS ?

La symétrisation est la seconde intervention qui vise à opérer l’autre sein pour le remonter +/- réduire le sein.

Cette seconde intervention n’est pas obligatoire si la symétrie est obtenue dès la première intervention.

La plupart du temps, il faut tout de même procéder à ce deuxième temps. Il intervient généralement 3 à 6 mois après la première chirurgie.

Le sein reconstruit (DIEP) peut être augmenté de volume par des injections de graisse (lipofilling).

Le sein controlatéral (non-DIEP), est le plus souvent remonté et la taille de l’aréole est réduite.

 

COMMENT EST RECONSTRUITE L'ARÉOLE ?

Plusieurs techniques de reconstruction de l’aréole sont possibles.

La technique utilisée est choisie avec la patiente en consultation.

  • Le mamelon (la partie projetée) :

    • Petit lambeau local : comme un petit pliage pour reconstruire le mamelon ;
    • Tatouage.
  • L’aréole (le rond autour du mamelon) :

    • Greffe de peau ;
    • Tatouage.

 

COMMENT ÉVOLUE LE LAMBEAU DIEP AVEC LE TEMPS ?

Le lambeau fait partie des propres tissus de la patiente. Ce sont des tissus vivants, qui évoluent de manière naturelle.

Étant constitué de graisse, il augmente de volume avec les prises de poids et diminue de volume avec les pertes de poids.

C’est là son intérêt majeur comparé à un implant mammaire.

Il faut savoir que la reconstruction mammaire par DIEP assure une meilleure qualité de vie à long terme (>10 ans) des patientes ayant été reconstruites.

 

FAUT-IL PRÉFÉRER LA RECONSTRUCTION PAR DIEP OU PAR IMPLANT ?

Si les conditions sont propices à une reconstruction par DIEP, en dehors de petites retouches, il n’y aura pas de nécessité à réaliser de nouvelles chirurgies. À l’issue de cette reconstruction, celle-ci est acquise définitivement.

En revanche, la reconstruction par implant mammaire est moins pérenne à long terme. Il est nécessaire de changer l’implant, voire de procéder à une reconstruction autologue à distance, si l’implant est mal toléré.

Si une radiothérapie a été pratiquée dans le traitement du cancer, on privilégiera une reconstruction mammaire par lambeau (DIEP ou autre).

 

Votre chirurgien vous aidera à choisir entre ces deux techniques de reconstruction mammaire.

 

QUEL EST LE TAUX D'ÉCHEC DE CETTE INTERVENTION ?

Le taux d’échec du DIEP est d’environ 2 %, voire moins avec certaines équipes entraînées (HEGP).

Il survient lorsque le branchement des micro-vaisseaux se bouche (thrombose).

Ceci est en général lié a une mauvaise qualité de vaisseaux. Les vaisseaux peuvent être altérés par les différents traitements carcinologiques (radiothérapie, chimiothérapie).

Avant de parler d’échec, une reprise au bloc en urgence permet, dans la plupart des cas, de sauver le lambeau en débouchant les vaisseaux touchés.

On parle d’échec si cette intervention d’urgence est insuffisante et amène à déposer définitivement le lambeau.

 

ALLER PLUS LOIN
CES RUBRIQUES PEUVENT
VOUS INTÉRESSER
VOS INTERROGATIONS
POSEZ VOS QUESTIONS
AU DR. DJIAN
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.