Lifting mammaire après sleeve et prise en charge - Docteur DJIAN
Dr Jérémy Djian, 67 av. Victor Hugo, 75016

Prix

Lifting mammaire après sleeve et prise en charge

De nombreuses patientes me posent des questions à propos de la chirurgie mammaire après amaigrissement, notamment sur le lifting des seins avec ou sans prothèses. Parmi ces questions, celle d'une éventuelle la prise en charge par la Sécurité Sociale et les mutuelles.

Je vais tenter ici de faire une synthèse des principales questions, afin d'y apporter des réponses.

POURQUOI LES SEINS TOMBENT-ILS ?

Le sein est constitué de glande mammaire, de graisse et de peau.

Après une perte de poids importante, les seins peuvent tomber, s’affaisser ou se vider. Ces conséquences font suite à la fonte graisseuse. La chute des seins est appelée « ptôse mammaire ».

Il existe également des fluctuations du volume glandulaire liées aux modifications hormonales : grossesses, allaitement, ménopause…

Pour corriger l’affaissement des seins, le chirurgien esthétique peut pratiquer une « mastopexie », terme chirurgical désignant le lifting des seins.

Le lifting mammaire consiste à retrancher la peau en trop pour remonter le sein grâce à une cicatrice en T inversé, aussi appelée cicatrice en ancre marine.

La peau pèse très peu, comparativement à la graisse ou à la glande mammaire.

Dans certains cas particuliers, où le sein tombe peu, une cicatrice unique autour de l’aréole est possible.

 

Les causes de la ptôse mammaire :

  • La ptôse congénitale :

La ptôse peut apparaître chez la jeune fille. Elle peut être associée à d’autres « malformations », telles que des seins asymétriques et/ou des seins tubéreux. Ces anomalies engendrent souvent de sévères complexes.

  • L’hypertrophie mammaire

C’est la cause la plus courante, la conséquence d’une hypertrophie mammaire. L’excès de volume mammaire ne peut être assuré par le sac cutané. On observe une distension de l’enveloppe du sein et donc, un affaissement.

  • La grossesse et l’allaitement

La ptôse peut être la séquelle d’une ou de plusieurs grossesses, suivies ou non par un allaitement. Le processus est alors le même que celui de la ptôse provoquée par une hypertrophie mammaire. On constate une distension importante de l’enveloppe du sein.

  • L’amaigrissement

La ptôse peut trouver ses origines dans un amaigrissement ayant causé une fonte de la graisse mammaire. La peau du sein ne s’est alors pas rétractée correctement sur le nouveau volume amoindri du sein. La patiente est alors dotée de ce que l’on appelle familièrement des seins en « gant de toilette ».

  • L’âge

L’âge fait également partie des origines de la ptôse mammaire. En vieillissant, la peau perd son élasticité et sa fermeté. L’enveloppe du sein se fragilise, favorisant par la même occasion l’affaissement général de la poitrine. De plus, avec l’âge, l’infiltration graisseuse des tissus mammaires fait perdre au sein son galbe et sa forme originelle.

 

LIFTING MAMMAIRE : PRISE EN CHARGE ?

La Sécurité Sociale prend en charge la « réduction mammaire« , mais pas le lifting mammaire.

Il est exceptionnel qu’une prise en charge soit accordée pour une ptôse mammaire seule. En effet, sa correction est considérée comme un acte chirurgical purement esthétique. Seules les corrections de ptôses associées à une nette asymétrie et/ou à une réduction mammaire avec plus de 300 g de glandes ôtés par sein peuvent bénéficier d’un remboursement par l’Assurance maladie et la mutuelle.

Lorsqu’une patiente effectue une réduction mammaire de plus de 300 grammes par sein associée à un lifting, elle est donc éligible à une prise en charge par la Sécurité Sociale. Dans ce cas, on parle de réduction mammaire. Ces 300 grammes peuvent être indifféremment constitués de de graisse ou de glande.

Retire 300 g par sein correspond approximativement à retirer entre 1 et 2 bonnets de volume aux seins.

 

Il est assez rare qu’une patiente ayant déjà perdu plus de 30 kg ait encore de la graisse à enlever au niveau des seins.

Même si c’est le cas, il est tout de même assez rare d’atteindre les fameux 300 grammes. Le plus souvent, le chirurgien peut être amené à combler le manque de volume mammaire par des prothèses mammaires.



Les autres cas de prise en charge des seins sont :

– Malformation congénitale (de naissance) avec asymétrie ;

Hypoplasie mammaire (de naissance) : absence de poitrine ou très peu de poitrine ;

– Malformation du thorax.

Autrement dit, avoir les seins qui tombent ne constitue pas un motif de remboursement pas la Sécurité Sociale. Cet état de fait peut sembler justifié par le fait que régime ou non, toutes les femmes auront les seins qui tombent un jour, dus au vieillissement.

De fait, après une perte de poids par sleeve ou bypass, les seins sont généralement la seule intervention qui n’est pas prise en charge. Elle est considérée comme une intervention de chirurgie esthétique à 100 %. Il peut exister des exceptions. Elles sont étudiées au cas par cas.

 

Lors d’un lifting des seins associé à une réduction mammaire, seuls une partie des frais sont remboursables par l’Assurance Maladie. En effet, la Sécurité Sociale prend en charge une partie des honoraires du chirurgien et de l’anesthésiste. Les dépassements d’honoraires ainsi que les frais d’hospitalisation et de clinique restent à la charge de la patiente.

 

LIFTING MAMMAIRE : QUAND Y PENSER ?

👉 Il est capital d’avoir terminé sa perte de poids pour envisager une chirurgie mammaire (ou toute chirurgie réparatrice !).

En effet, si un lifting mammaire est effectué et que la patiente perd à nouveau du poids, les seins auront tendance à tomber à nouveau.

👉 Lorsque les seins sont vraiment « vidés » et qu’il reste très peu de graisse/glande mammaire, on peut pratiquer une chirurgie combinée qui s’appelle la mastopexie prothèse. Elle consiste à faire un lifting mammaire et à ajouter des prothèses mammaires.

👉 Dans aucun cas le chirurgien n’enlève 300 g par sein pour entrer dans les critères de la Sécurité Sociale s’il n’y a pas d’indication à le faire. En effet, la patiente risquerait d’avoir un très mauvais résultat. Il serait paradoxal de retrancher 300 g pour avoir ensuite recours à une augmentation mammaire par prothèses.

 

La chirurgie mammaire après amaigrissement fait figure d’exception par rapport à l’abdominoplastie, la brachioplastie et la cruroplastie. En effet, celles-ci sont généralement prises en charge. Toutefois, elles répondent à des critères de prise en charge par la Sécurité Sociale très précis.

Il est important de préciser que, passée l’adolescence, il n’existe aucune femme ayant des seins parfaitement symétriques. Par ailleurs, plus les seins sont gros, plus ils sont lourds et plus ils auront tendance à tomber.

 

Si vous n’êtes pas sûre et que vous aimeriez savoir si vous faites partie des patientes pour lesquelles le lifting mammaire est une opération à envisager, demandez conseil à votre chirurgien !

 

Dr Djian

publié le 20.05.2020 par Dr Djian
Aller plus loin
CES ARTICLES PEUVENT
VOUS INTÉRESSER
VOS INTERROGATIONS
POSEZ VOS QUESTIONS
AU DR. DJIAN
This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.
Sara
Le 05.11.2020

Bonjour,

Après une perte de poids de 30kg, j’ai perdu énormément de poitrine (je faisais du 85E en taille).
Aujourd’hui mes seins tombent et surtout j’ai beaucoup de peau en excès.
Je ne peux pas mettre des décolletés à cause de toute cette peau “pliée” qu’on voit, ça me gene dans mes gestes quotidiens , dans le sport, et surtout psychologiquement, à 23 ans, c’est très dur.
Si j’ai bien compris, l’assurance maladie ne prend pas ça en charge mais il y a t’il des cas particuliers? Les 300 grammes ne sont pas attendus avec la peau en excès à enlever? Une bonne mutuelle ne peut pas s’en occuper non plus?
Honnêtement je comprends qu’il y a pire et que une poitrine qui tombe n’est pas un cas urgent pour la sécurité sociale, mais ne pas avoir de poitrine (parce que pour moi non, celle que j’ai ce n’est pas une poitrine) mais uniquement un surplus de peau dans un soutien gorge, est handicapant physiquement et psychologiquement.
J’aimerais donc en savoir plus s’il vous plait.

Je vous remercie d’avance

Cordialement,

Sara

Dr Djian

Bonjour Madame,

Malheureusement la peau pèse quasiment rien (peut-etre 50 grammes).
Je comprends votre détresse mais je légifère pas à la sécurité sociale.

Je reste à votre disposition toutefois,

Dr Djian

Farah
Le 25.09.2020

Bonjour,

J'ai un sein qui a une taille différente à l'autre, c'était assez flagrant, je me suis fait poser des prothèses afin de régler ce problème au Venezuela, à l'époque il y a eu les fameuses PIP que je porte toujours, en plus cela a gêné beaucoup l'allaitement de mon enfant, bref tout cela fait que je voudrais me faire enlever les prothèses et corriger la différence de taille, est-ce qu'il y aurait un moyen de justifier cela médicalement pour une prise en charge par la sécu ? merci

Dr Djian

Bonjour Madame,

Si les prothèses sont enlevées sans repose de nouvelle prothèses, et sans geste associé (lifting mammaire), il y a une prise en charge possible.
Néanmoins le résultat ne sera pas formidable.

En cas de changement d'implant et lifting, ce n'est pas pris en charge.

Dans tous les cas il faudrait vous examiner pour statuer.

Bien cordialement

Diakite
Le 13.08.2020

Bonjour
J’ai eu 3 enfant et mes seins se son bcp abîmer et tombe beaucoup .
J’aimerai savoir si au vu d’une opération sa peut Être pris en charge Par la sécu svp .
En attente de votre réponse mes salutation

Dr Djian

Bonjour Madame,

Malheureusement non, si vous avez lu cet article vous aurez l'explication (> 300 g de sein)

Bien cordialement,

Dr Djian